La double crise sanitaire et économique actuelle nécessite d’innover et de s’engager ensemble pour reconstruire. Rien ne se fera sans intelligence collective. Et l’événement est la plateforme par excellence de l’expression du « co ». À condition d’être incarné.

Retour en arrière. Les légendes arthuriennes rapportent que le roi Arthur, sur une inspiration divine de Merlin l’Enchanteur, a réuni les preux chevaliers du royaume (l’adjectif preux, très peu usité de nos jours, signifiant d’après le Larousse : « Qui est d’une vaillance héroïque ») autour d’une table ronde. L’objectif : mener la quête du Graal, certes, mais surtout créer les conditions d’une paix durable. Ainsi naquit un ordre nouveau, Les Chevaliers de la Table Ronde. Si la table était effectivement ronde, si les sièges étaient identiques pour tout le monde, si le maniement des armes et donc la compétence étaient partagés par tous les protagonistes, si les armures ou les habits de gala étaient identiques pour chacun, tous étaient égaux, mais nul n’ignorait où siégeait le roi…

Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin…

Cette anecdote marque peut-être les prémices de l’intelligence collective. Arthur a eu l’intuition que seul, il n’arriverait pas à atteindre ses nobles objectifs, qu’entouré de ces professionnels et conseillé par eux, il réussirait non seulement à pacifier les relations entre ces caractères et que, de cette entente cordiale et avec cet engagement collectif créateur de valeur, il dénicherait le Graal. Et la légende affirme qu’il a gagné sur les deux plans. Aujourd’hui, on dirait de manière succincte que « seul, on va plus vite et qu’ensemble on va plus loin ». Stanislas Hoquet, directeur associé chez Angie Consulting, dans une tribune parue dans l’ADN, à l’instar du roi Arthur, se fait, à juste raison, le promoteur de l’intelligence collective, à un moment, dit-il, où elle est remise en cause, car considérée comme superficielle, vaine, dans un monde, y compris du travail, où l’individualisme serait supérieur à tout œuvre collective.

Après la crise, faire vivre des tables rondes

Le monde traverse aujourd’hui une crise sans précédent, non seulement sanitaire et économique, mais aussi certainement civilisationnelle, au sens de Kant (la civilisation est un art de vivre). Si l’individu a été porté aux nues par le système néolibéral, qu’en sera-t-il demain, quand la moitié de l’humanité aujourd’hui confinée, retrouvera la liberté ? N’y aura-t-il pas une accélération voire une explosion du besoin de (re)nouer des relations fortes, de faire cause commune, de (re)trouver un état d’esprit et un art de vivre qui nous pousseront à intégrer de multitudes de tables rondes, en fait des communautés de destin, qui auront des objectifs communs ? On peut l’espérer et on peut le souhaiter. Car il va falloir reconstruire et reconstruire différemment, en premier lieu une économie en faillite. Et là, toutes les énergies, toutes les intelligences sont attendues.

L’événement, le territoire du « co »

Dans ces conditions, l’événementiel est le territoire par excellence de l’intelligence collective. Le « co », déjà bien promu avant CoVid-19, va devenir la règle. Tout roi Arthur que je suis, si je veux envisager un destin commun à ma communauté, à mes parties prenantes comme on dit aujourd’hui, n’ai-je pas, en tout premier lieu, l’obligation de les réunir, de les faire réagir, de les interroger, de les faire réfléchir et travailler ensemble pour construire demain ? Comme le dit Stanislas Hoquet, dans son apologie de l’intelligence collective, les enjeux sont d’innover (au sens de faire différent, à partir de ce qui existe déjà) et d’engager ses publics (les rendre actifs). Ces deux ambitions sont cruciales à l’heure d’imaginer et de mettre en œuvre l’après-crise.

Produire du neuf

Demander une contribution à tous n’est pas facile et impose un certain nombre de règles qui sont très bien décrites dans la tribune de Stanislas Hoquet : droit à l’échec, bienveillance, rejet du recours excessif au « co »… Dans ces conditions, l’intelligence collective sait produire du neuf. Une autre condition réside dans la qualité des personnes réunies autour de la table. Soit, comme les Chevaliers de la Table Ronde, les individus rassemblés sont sélectionnés, voire cooptés, et on encadre plus ou moins la réflexion. Soit les groupes ne sont pas constitués en amont, auquel cas, on donne une part de hasard plus grande au résultat.

Incarner l’intelligence collective

Dans, tous les cas, on ne peut pas demander une participation active sans rendre compte. Et qui dit rendre compte, dit qu’il y a de fait un responsable, un chef, un leader, un patron… Qui doit être l’incarnation du travail collectif. C’est essentiel. Notre Arthur, même s’il partageait les mêmes objectifs que ses chevaliers, même si, lors des séances, ses conditions d’intervention, son temps de parole ou son implication n’étaient pas différents des autres, n’en demeurait pas moins le roi, celui qui portait la responsabilité et le destin du groupe. Si l’événement, qui s’appuie sur le « co », n’est pas incarné, son succès est loin d’être garanti. Pis, il aboutira à une désillusion chez les parties prenantes.

Alors oui, à l’intelligence collective, si elle est portée, engagée et incarnée et si elle respecte toutes les parties prenantes. 

Team GDEV – Avril 2020