Tout contenu destiné à un événement corporate doit être désormais pensé, non seulement pour satisfaire les objectifs du moment live, mais aussi pour une exploitation future. C’est une des conditions pour que l’événement soit considéré non plus comme un coût, mais comme un investissement.

Il est toujours bon de se (re)plonger dans les définitions.

Événement, nom masculin, (latin evenire) : phénomène considéré comme localisé et instantané, survenant en un point et un instant bien déterminés.

Éphémère, adj, (grec ephêmeros) : qui ne vit qu’un jour, un temps très court. Qui n’a qu’une courte durée.

Présentations, infographies, vidéos, photos, mais aussi décors, accessoires, goodies… La liste des contenus éphémères créés pour les événements est longue et, malheureusement, bien souvent à durée de vie limitée.

Le 21e siècle ou le temps du swipe

Restaurants ou boutiques éphémères, pop-up stores ou événements : en 2019, l’offre se veut plus variée, plus impactante mais devient plus volatile. Aujourd’hui, l’heure n’est plus à l’attachement mais aux tests, aux likes, aux swipes, à la culture de l’instant au détriment de l’investissement. Paradoxalement, nous sommes également spectateurs d’un éveil des consciences qui semble aboutir à une remise en question de ce système.

De l’ère de l’éphémère au retour du durable

Se pose davantage aujourd’hui la question de la trace que nous laissons, en tant qu’humain, mais également en tant qu’entreprise. Un investissement tel qu’un séminaire, une plénière ou un salon doit pouvoir marquer les esprits sur le long terme et continuer de vivre après sa date de fin. L’événementiel grand public a trouvé le moyen de faire vivre ses événements post-mortem : pour ne pas perdre une miette de l’instant présent, on le capte et, pour continuer à le faire vivre, on le poste en vidéo ou en photo sur tous les réseaux sociaux. Qu’en est-il de tous les contenus créés pour les événements corporate ? Qu’en est-il de tous ces supports créés par et pour l’événement ? Comment continuer à les faire vivre pour que l’investissement de la marque puisse être considéré comme un investissement à long terme ?

 

Il existe des solutions simples comme bonjour 

  1. Créons pour aujourd’hui et pour demain !

Des équipes entières travaillent pour créer les supports qui décoreront le cocon de l’événement. Leur triste sort ? Malheureusement, une fois diffusés, souvent la benne. Le recyclage leur offrira certes une nouvelle vie mais qu’en serait-il d’une place au chaud dans un bureau, dans une salle de réunion, ou dans le prochain cocon, ou celui du prochain événement ?

  1. Captons et diffusons !

Ne gardons pas pour nous ces sourires, ne gardons pas pour nous ces discours si bien tenus, ne gardons pas pour nous non plus ce pas de danse célébrant la joie de ces moments passés ensemble. Captons et diffusons : toutes les personnes présentes et ayant participé à cet événement seront heureuses de pouvoir revivre ces beaux moments (et à l’infini).

  1. Restons connectés !

Ne négligeons pas les réseaux sociaux. Et là, l’idée est de transformer, grâce à des contenus spécifiques et intelligents, ses collaborateurs en ambassadeurs de la marque auprès de leur propre communauté, sur leurs propres réseaux. Il y a un travail fort à faire sur l’engagement.

 

L’héritage de la convention Manitou

En novembre 2019, Gens d’Événement organisait pour Manitou France, suite au lancement d’une solution machine connectée, une convention réseau pour réunir les populations de la vente et du service. En co-création, l’agence et Manitou France ont développé 6 ateliers mêlant formation et jeu. L’idée ? Apprendre ensemble de manière ludique. L’investissement de la marque sur ces animations créées 100% sur-mesure ne s’arrête pas à la formation. En effet, à la fin de ces quelques jours, chaque participant s’est vu remettre un condensé de cette convention : les supports « bilans » crées par les équipes, en conclusion de chacun de leurs ateliers, mais également la vidéo de ces quelques jours passés ensemble autour de problématiques communes.

 

L’air du temps oblige a repenser les contenus des événements. C’est aujourd’hui une exigence qui répond donc à quatre préoccupations : augmenter la durée de vie des événements, apporter de la durabilité à des supports de communication, satisfaire les objectifs sociétaux de durabilité que toute organisation doit satisfaire désormais et répondre aux besoins des entreprises de « faire plus avec un peu moins ». Notre rôle d’agence est d’accompagner la mutation de ces contenus, pour leur donner davantage de sens. Et de les imaginer. Et donc de créer les nouveaux formats d’événements qui vont les accueillir. Un challenge qui se veut durable, lui.

Camille, Gens d’Evénement – Janvier  2020